Les Coups de Coeur de La Banque Postale

Sakina M’sa, haute couture engagée

Sakina M’sa est un petit bout de bonne femme électrique. Un (presque) 1,60 m d’énergie galvanisante dédiée à son art et à son engagement auprès des plus fragiles. Née au Comores, débarquée à Marseille à 7 ans, la jeune femme s’est taillé la part du lion à force de talent et de convictions. A la tête de son atelier de la Goutte d’Or à Paris, elle est sollicitée aujourd’hui dans le monde entier. Elle se raconte. 

image

(DR)

"En sortant de l’école de mode, j’ai mené des ateliers citoyens dans les cités du 93, devenus par la suite “les ateliers du tissu social”. Un prix Talents des Cités plus tard, elle fonde sa propre marque, “encouragée par les femmes du quartier”.L’idée était  de réunir la marque de mode et l’entreprise citoyenne. On m’avait d’ailleurs conseillé de ne pas impliquer ma marque dans le champ social. Mais mon ami Jean Baudrillard m’a encouragé dans cette voie comme les femmes des cités”, explique-t-elle. 

Les valeurs de sa marque  : beauté, bonté, création de valeurs économique. Son crédo : la mode comme lien social. "Le vêtement est comme une seconde peau. Il peux isoler ou intégrer dans la société. Je pense aux jeunes des quartiers qui se sont approprié les polos Lacoste en se disant "pourquoi pas nous?" "Nous aussi on peux se payer le petit crocodile". Pour eux, il s’agit une forme d’ascension sociale.A mon sens, la mode doit être un liant entre les différentes couches sociale", souligne-t-elle. 

Elle intègre les femmes en difficultés de Barbès et les détenues de la maison d’arrêt de Fleury Mérogis via des ateliers hebdomadaires. Au programme : visite de musées, et ateliers créations avec les chutes de ses propres vêtements. 

image

Avec le soutien de La Banque Postale et de ses 92 KissBankers, Sakina va pouvoir préparer son défilé d’octobre 2013. La créatrice présentera une collection entièrement réalisée à partir de tissus recyclés et en menant une réflexion sur les thèmes de la technologie et de l’humain. "Nous aurons comme d’habitude des mannequins professionnelles et du casting sauvage", dans la droite ligne de son engagement. Et pour diffuser son message, "non au corps prototypé, vive la différence !". 

image

La jeune femme ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Elle prévoit l’ouverture d’un concept store qualitatif et citoyen, un autre défilé à Fleury Mérogis accompagné de formations pour préparer les éventuelles sorties des détenues. 

Sakina, un peu de douceur dans ce monde de brutes.

partagez ce post